L’art et la manière de communiquer avec le patient

Une communication soignant-soigné efficace augmente les chances de réussite d’une thérapie. Cependant, communiquer efficacement est difficile, et ce d’autant plus que les étudiants en médecine n’apprennent pas à maîtriser cette compétence.
Aujourd’hui, un médecin passe moins de temps avec son patient qu’il ne le souhaiterait car il est accaparé par du travail administratif.

Les scènes du film célèbre de Marek Koterski, „Dzień świra” – The Day of the Wacko – lors desquelles l’actrice Dorota Kędzierzawskiej est à l’agonie, peuvent servir de contextualisation pour aborder en profondeur les méthodes qui permettront au patient de bien comprendre son médecin. Chaque semaine, des consultations sont organisées avec un médecin et un psychologue au CHU rue A. Jurasz à Bydgoszcz.
„Dans notre système médical, les médecins sont devenus des fournisseurs de services et les patients des clients. Nous avons moins de temps à consacrer à nos patients car nous sommes de plus en plus accaparés par des obligations administratives”, nous informe le docteur Katarzyna Jankowska. Elle ajoute que la relation médecin-patient s’est transformée en partenariat, mais qu’Internet a détrôné le médecin en tant que source d’informations.


Des paroles pour thérapie

Le jargon médical représente souvent une barrière pour se faire comprendre. Les médecins l’utilisent non seulement entre eux mais aussi avec les malades. « Au fil des années, nous pratiquons tellement ce jargon qu’il en devient notre seconde langue, interprète le docteur Katarzyna Jankowska. Il est alors difficile pour nous d’apprécier dans quelle mesure le patient comprend ce vocabulaire d’autant plus que le patient ne pose souvent pas de questions par crainte de paraître ridicule. » Les entretiens avec le médecin au sein de l’hôpital concernent la santé et la vie ; par conséquent ils font naître certaines émotions chez le patient. Il est encore plus difficile pour un parent de maîtriser ses émotions lorsqu’il s’agit de parler avec un médecin de son enfant gravement malade.
„C’est pourquoi cet entretien avec le parent doit être précis et mesuré, bien que cela soit difficile même pour un médecin, explique le docteur Katarzyna Jankowska. J’ai trois enfants. Quand je parle à la maman d’un petit enfant atteint d’un cancer, je me mets toujours dans la situation à sa place et je me demande ce que je voudrais entendre de la part du médecin. »
Si on en croit Ballint, ‘le médecin est aussi un médicament’. La communication entre médecin et patient revêt donc une importance certaine dans le parcours de soins. « Des affaires ont ébranlé la confiance du malade dans le personnel ; de plus, lorsque les relations médecin-patient sont brisées, il est extrêmement difficile de les reconstruire alors que l’efficacité de la démarche thérapeutique est basée entre autres sur des relations de confiance, prévient le docteur Katarzyna Jankowska.”

Celui qui sait parler, paye le moindre tribut

Des travaux scientifiques menés dans les pays scandinaves, ont indiqué que le maximum de suicides parmi les patients atteints d’un cancer n’est pas du tout enregistré au moment où la thérapie ne porte pas ses fruits tant escomptés, mais juste après l’annonce du diagnostic, même quand il y a une forte chance de guérison. Cette constatation démontre que les premiers mots du médecin exercent une forte impression sur le malade.
Aux États-Unis, des plaintes déposées par les patients contre leurs médecins ont été examinées par des experts. Il apparaît que dans 70 % des cas, elles sont dues à des problèmes de communication. Dans certains États d’Amérique, pour faire face à cette situation, les compagnies d’assurances offrent des remises sur les cotisations pour les médecins spécialistes ayant suivi une formation en communication santé. Imaginons que, par medias interposés, une famille de malade accuse un médecin polonais d’une flagrante erreur médicale éventuellement due à une incompréhension de ce que ce médecin aura expliqué. Quelles sont les opportunités et les dangers d’une telle situation ?
„Il n’est pas possible de généraliser car chaque soupçon d’erreur médicale a une cause différente, bien que les conséquences d’une communication déficiente peuvent s’avérer désastreuses, convient le docteur Katarzyna Jankowska. Le patient évalue la qualité des soins médicaux à travers le prisme de la communication avec le médecin. Il peut aussi arriver que le patient s’accorde avec le médecin sur le parcours de soins, mais qu’il ne suive ni traitement ni recommandations car ne comprenant pas leurs objectifs.”

Dorota Witt
http://magazyn.7dni.pl/327560,Sztuka-rozmowy-z-pacjentem.html



 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/werther/ftp/kommedycznafr/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399